« La mémoire a des effondrements,
Les yeux sont recouverts de sept taies… »                

S’ensevelir au creux des mots de Marina Tsvetaeva.
Eboulis des souvenirs réels ou rêvés -
épaisseur de pierre, poussière, sable
Temps écroulés.

Givrure de l’hiver  - couleur du vide.
Crépuscule de novembre estompé – couleur d’oubli.

Présences indicibles d’arbres ensuairés.
- - -Entrelacs de bruyère,
- - - - - - écailles de rouille,
- - - - - - - - - lambeaux d’écorce dévorée,
- - - - - - - - - - - - - le pommier dans le champ renversé.

Couleurs embues de la mémoire.

Peindre pour ne pas parler.

Mézos, le 19 octobre 2012

 
 

conception & réalisation pixels & grains d'argent 06.62.85.38.41